Evènements

Casse-Noisette / Spărgătorul de nuci

Casse-Noisette / Spărgătorul de nuci

« Am aşteptat cu nerăbdare să mergem să vedem baletul « Spărgătorul de nuci » de Tchaikovski şi iată că această zi a venit !

Vineri 7 decembrie la ora 9H30 am plecat spre Opera Comică cu un autobuz oferit de Primăria Bucureştiului şi am ajuns numai bine ca să ne instalăm la etaj, alături de alţi copii de la o şcoală din Bucureşti  şi să ne putem uita la « Sala Mare » foarte frumoasă cu scaune tapiţate cu o catifea de culoare roşu aprins.

Spectacolul a inceput la ora 11, a durat o oră.

Mie şi prietenilor  mei  ne-au plăcut in mod deosebit dansul graţios al Clarei şi al lui Fritz imbinat cu cel al  Fulgilor de nea care erau proiectaţi pe pereţii sălii asa incât chiar aveai impresia că ninge in sală.

Ne-a plăcut mult şi suita de dansuri : Spaniol, Arab, Chinez, Rus.

După spectacol, o doamna drăguţă, ghid ne-a plimbat prin Teatru şi ne-a dat câteva informaţii despre săli si realizatorii spectacolului.

Ne-am intâlnit şi cu dansatorii.  Am aflat că o parte dintre ei sunt incă elevi la liceul de coregrafie « Floria Capsali »din Bucuresti.

Am aflat ca Emily Fang si Taiga Ueno  au venit tocmai din Hong Kong şi Japonia, că le place in România şi chiar iau lecţii de  limba română.

 

Spectacolul a fost încântător şi ne-ar place să mai mergem acolo ! »

(Ania L./ 5A, Teodora B./5C, Tudor T./5C)

 

« Nous avons attendu avec impatience le départ au ballet « Casse-Noisette » de Tchaïkovski  et voilà que ce jour est arrivé !

Vendredi 7 décembre à 9h30  nous sommes allés à l’Opéra Comique avec un autocar offert par la Mairie de Bucarest et nous y sommes arrivés suffisamment tôt pour avoir le temps de nous installer à l’étage, à côté d’autres enfants d’une école de Bucarest et de regarder la Grande Salle avec ses beaux fauteuils recouverts de peluche rouge  foncé.

Le spectacle a commencé à 11 heures et a duré 1 heure.

Nous avons aimé particulièrement la danse gracieuse de Clara et de Fritz combinée avec la Danse des flocons de neige qui étaient projetés sur les murs de la salle nous créant l’impression qu’il neigeait dans la salle.

Nous avons aimé beaucoup la suite des danses : Espagnol, Arabe, Chinois, Russe.

Après le spectacle, une gentille dame- guide nous a accompagnés pour une tour du Théâtre. Nous avons appris des informations sur les salles et les réalisateurs du spectacle.

Nous avons rencontré aussi les danseurs et avons appris qu’une partie d’entre eux étaient encore élèves au lycée de chorégraphie « Floria Capsali » de Bucarest.

Emily Fang et Taiga Ueno sont venus de très loin, de Hong Kong et du Japon , ils aiment la Roumanie et prennent même des cours de roumain.

Le spectacle a été charmant et nous aimerions  y retourner ! »

(Ania L./ 5A, Teodora B./5C, Tudor T./5C)

RENCONTRE DE VOLLEY-BALL

Ce samedi 15 décembre 2019, de 13h30 à 16h, le lycée Français de Bucarest Anna de Noailles a reçu l’école Allemande de Bucarest (colegiul German Goethe) dans le cadre d’une rencontre amicale de volley-ball à 6 contre 6.

Ce sont les filles des catégories cadettes/juniors (nées en 2001, 2002, 2003) qui ont inauguré cette première compétition de l’année et qui ont représenté dignement notre établissement :

 

 

  • Marie C.

 

  • Inès V.

 

  • Nais R.

 

  • Théa R.

 

  • Faustine C.

 

  • Tiphaine V.

Dans un esprit convivial et sportif, les deux équipes ont proposé un match de bonne qualité. Le suspense est resté entier durant toute la partie car il aura fallu attendre le 5ème set pour départager ces deux équipes. Au final, c’est l’équipe du Lycée Français qui l’a emporté :

1er set : Lycée Français de Bucarest (LFB) : 25pts  –  (Colegiul German Goethe) CGG :  23pts

2ème set:        LFB: 24 pts –  CGG: 26pts

3ème set :       LFB : 23 pts – CGG: 25pts

4ème set:        LFB: 25pts – CGG : 10pts

5ème set:        LFB: 25pts – CGG : 18 pts

L’équipe féminine du lycée français débute donc cette première compétition de l’année par une victoire. Ce résultat et surtout les qualités collectives démontrées durant ce match laissent entrevoir de belles perspectives pour cette équipe pour les prochaines rencontres qui auront lieu en 2019.

 

Bravo à elles !

Vincent VAULOUP

Enseignant EPS

Rencontre avec Casa Valentina

Les élèves de la classe de CE2 A ont invité les élèves de l’association Casa Valentina mardi 12 décembre. A l’occasion de cette rencontre, les élèves avaient cuisiné des biscuits et confectionné de jolies cartes de vœux qu’ils se sont échangées. Arrivés à 13h30, les élèves ont organisé des jeux collectifs dans le gymnase du lycée avant de partager chansons et gâteaux dans la classe.

Dans les coulisses du Théâtre National de Bucarest

Lundi, le 26 novembre, les élèves des classes de Seconde qui étudient le roumain en option ont visité le Théâtre National de Bucarest, I. L. Caragiale.

Grâce au guide du théâtre, Ils ont eu la possibilité d’observer, et découvrir ce qui se passe derrière les rideaux, avant que le spectacle ne commence.

Le périple dans les salles et les couloirs a été enrichi par les éléments portant sur l’histoire, la métamorphose des salles et les vastes espaces dédiés aux décors. Les élèves ont pu se rendre compte que les beaux spectacles sont l’aboutissement d’un travail intense du metteur en scène, des acteurs et des techniciens.

La visite a permis de compléter ce que les élèves ont appris à l’école sur le théâtre et l’art du spectacle.

Belle initiative de l’équipe des enseignants de Roumain : D. Măriucuța (coord.), V. Baboș, S. Negoiță.

SECRET SANTA

« Secret Santa,  est une tradition de Noël lors de laquelle les membres d’un groupe s’offrent au hasard des cadeaux ».

Cette tradition a été largement relayée par notre CVL vendredi 14 décembre.

Pour l’occasion, le père Noël avait fait le déplacement.

Bravo à tous les membres du CVL pour l’organisation et ce beau moment de convivialité.

 

100 ans de la Grande Roumanie

Jeudi 29 novembre, les élèves du lycée avaient revêtu une des couleurs du drapeau roumain. Dans l’Atrium, autour de Madame Soulagnes, proviseure de l’établissement, l’ensemble des élèves ont écouté son discours et l’hymne national de la Roumanie. Un moment solennel que tous nos élèves ont respecté.

« Chers élèves,

Ce 1er décembre, jour de la Fête nationale, sera célébré le Centenaire de la Roumanie moderne, la Grande Roumanie.

C’est la Première Guerre Mondiale qui permet l’avènement de l’unification roumaine.

Avant la guerre de 14-18, le Royaume de Roumanie n’est constitué que des provinces de Moldavie et de Valachie, réunies le 24 janvier 1862.

Pendant la première guerre mondiale, le Royaume de Roumanie d’abord neutre se joint aux forces de l’Entente. Dès mars 1918, la République Démocrate Moldave proclame son indépendance vis-à-vis de la Russie bolchevique et son rattachement au royaume. En novembre, c’est le tour de la Bucovine, province austro-hongroise. Le point d’orgue de cette unification a lieu le 1er décembre à Alba-Iula, quand les députés roumains de la Transylvanie (centre-ouest), du Banat (Ouest), du Maramures (Nord) et de la Crisana (nord-ouest) signent le Traité de l’Union qui scelle leur rattachement au Royaume de Roumanie. Les traités qui suivent de Saint-Germain-en-Laye signé en 1919 et de Trianon signé en 1920 entérinent cette union et le territoire roumain double de superficie. Le rêve roumain de l’union des trois provinces historiques se réalise enfin : la Roumanie moderne est née et gagne le surnom de România Mare ou Grande Roumanie.

C’est donc cette date de l’unité nationale, le 1er décembre 1918, que les Roumains de Roumanie et de la diaspora célèbrent.

Dans cette émergence de la Roumanie moderne, les Français ont joué aussi un rôle important. Militaire d’abord, avec la mission Berthelot, diplomatique ensuite avec la coordination par le géographe français, Emmanuel de Martonne du tracé des frontières après 1918, politique enfin dans la mesure où c’est à Paris, au 22 avenue de l’opéra, que s’est réuni entre 1917 et 1919, le Comité National de l’Unité Roumaine, présidés par Tache Ionescu et Nicolae Titulescu.

Ce sont ces liens forts entre la France et la Roumanie qui ont été soulignés mardi à Paris par le Président Macron et le Président Iohannis lors de l’ouverture de la Saison France-Roumanie. Plus de 400 évènements culturels, économiques, et scientifiques auront lieu en deux parties : une première période en France (27 novembre 2018 – 17 avril 2019) et une deuxième en Roumanie (18 avril – 14 juillet 2019). 

Je vous invite désormais à écouter l’hymne national pour célébrer le 1er décembre. »

Une sortie exceptionnelle en CM1

Visite d’un fleuron de l’industrie roumaine : l’usine Dacia

Dans le cadre du cinquantenaire de l’entreprise, tous les élèves de CM1 ont eu la chance et l’exclusivité de visiter le site industriel Dacia à Mioveni.

Les enfants ont été accueillis par une équipe de salariés enthousiastes de partager leur passion pour leur métier.

Les enfants ont eu des explications sur  le fonctionnement de l’usine et les processus de fabrication des voitures, de la création à la vente au niveau mondial en passant par le design etc etc

Partagés en plusieurs groupes, ils  ont eu la joie de prendre part à un atelier de montage, avec la manipulation de vrais outils, mais aussi à l’atelier Monozukuri ou encore à la visite du site en minibus  avec démonstration de l’équipe des pompiers de l’usine.

Le premier lundi, les élèves ont même pu voir les chaines de montage en petit train.

Une visite pédagogique vraiment très intéressante et en réels liens avec les programmes de sciences et technologie de l’école.

Un grand merci encore à toute l’équipe Dacia qui nous a si bien reçus.

Toutes les autres photos sont accessibles à partir de l’espace privé du lycée.

Quelle semaine !

Elle a commencé lundi avec l’accueil des élèves au son de la musique du jour et cela a été le cas chaque matin.

En effet, à l’occasion de la semaine des lycées français du monde, notre établissement était le reflet du thème de l’AEFE : Plurilinguisme et Pluralité culturelle. Luni, martes, mercredi, Thursday, freitag : vous l’avez deviné chaque jour une langue et sa déclinaison d’activités, expositions, animations.

Nos élèves et nos enseignants ont largement contribué à la réussite de cette semaine. Bravo à tous.

 

Voici quelques illustrations :

Luni :

Deux « ceaun » au milieu de la cour de l’école et un succès fou autour de Nicolai Tand, célèbre cuisinier qui a concocté un plat dans ces deux chaudrons. « il revient demain le monsieur ? » ont demandé nous élèves qui ont tout dévoré.

Madame VELICU (Département de Langue et Littérature Française, Université de Bucarest) a proposé aux parents une conférence sur le thème : « Le plurilinguisme dans les faits et avec un petit p : un mot sur l’anglicisation du roumain et du français, à l’ère de la mondialisation ».  Un moment à renouveler avec nos élèves et enseignants.

 

Martes :

Au son de la musique des Andes, M. le Consul du Pérou nous a fait l’honneur d’une conférence pour les élèves sur le thème : « l’héritage culturel préhispanique en

Amérique andine » après avoir brisé les Pinatas suspendues dans l’Atrium.

 

Mercredi

Valentin, Alyssa et Andrei ont vécu en direct un grand moment de radio chez RFI. Ils ont témoigné sur cette semaine mais surtout sur leur statut d’élève dans un lycée français de l’étranger. RFI a peut-être trouvé de futurs animateurs.

Dans l’après-midi, nos élèves de l’option Théâtre ont animé l’atrium avec une performance théâtrale mais sont aussi allés au-devant des  élèves pour leur faire découvrir leur passion.

 

Thursday

Tout le deuxième étage conquis par les « anglais » : expositions, pâtisseries mais aussi animations autour de thèmes comme « la belle au bois dormant », « blanche neige » ou les « trois petits cochons ». Les élèves avaient mis tout leur enthousiasme, imagination et implication pour être  so english !

Ana Harisson, journaliste chez RFI a été elle aussi conquise par cette belle énergie et a récolté de beaux témoignages.

Le soir : soirée orientation en anglais sur le thème : Mode et Design avec la participation de l’institut Marangoni et IntuitLab.

 

Freitag :

A la médiathèque, les élèves de seconde nous ont fait voyager en allemand à travers des présentations en duo.

La guirlande de la paix a orné le premier étage et nous avons pu regarder le reportage des élèves d’allemand à Sibiu.

En plus du thème :

Cristian Mungiu, cinéaste, réalisateur, producteur et Palme d’Or du

Festival de Cannes 2007 a échangé avec les élèves de 3ème après la projection de ses films « Les contes de l’âge d’or ».

Polytechnique au lycée sur deux formats : Déjeuner orientation avec les lycéens et dans l’après-midi avec les parents pour présenter le Bachelor de Polytechnique.

 

Retrouvez les photos ici et écouter l’émission radio ici

Winston Churchill Debate Competition 2018

Last Friday, we participated in the Winston Churchill Debate Competition. 

We had the opportunity to debate against English-language schools in Bucharest, but also against teams coming from other countries : namely the English International College of Marbella, Spain, and St Georges College from Luxemburg.

The first debate of the day, the prepared motion, was the following : “THBT the Internet, instead of bringing freedom, has resulted in a new Dark Age”. By tossing a coin, we ended up opposing the motion, against BSB, very strong team who’s been in the final several times over the years. We ended up having a draw.

The next three debates were impromptus : after drawing a motion and a side, we had half an hour to prepare our arguments and speeches, with only the Oxford English Dictionary at our side.

The first impromptu was against IBSB, we were proposing “THBT schools should have the right to track their students during school hours”. This, too, was a draw, surprisingly since IBSB usually vanquishes all their opponents.

We then managed to win against EIC Marbella, last year’s 1st place winners : we were opposing the motion that “Equality between men and women is unrealistic”, the situation being rather comical since each of the two teams only had ONE male member.

Lastly, we debated IBSB again, on the motion that “Artefacts should be returned to their original countries”. After putting up a good fight, we ended up losing and got stuck with 2nd place, the Silver Plate.

It was, for us all, an occasion to get closer, have fun, and make friends with people with diverse cultural backgrounds. The jury gave us valuable feedback each time, which helped us improve, and which will most certainly help us stand our ground better next year!

A great thank you to Katia, who despite her tiny stature is a fierce debater, Mara, our infamous reply speaker, Raluca, hiding her strength behind her calm composure, Tudor, our brave “man of the house”, Daria, who gets involved entirely in every debate, Edelweiss, who made our opponents dizzy with her flurry of words, Renee, ever the diplomat, even in the face of difficult questions, and Maria, with her endless philosophical approaches.

A great THANK YOU also to Miss Radu, Marius Capraru, for getting involved and staying behind us, as well as to Ms Soulagnes, our headmaster, who allowed us and encouraged us to go represent our beloved “Lycee Francais” in front of all those English-speaking schools!

Un grand merci à Katia, Mara, Raluca, Tudor (2de), Daria (1re), Edelweiss, Maria et Renée (Tle), qui se sont impliqués dans ce projet pour représenter notre école !

Un grand merci aussi à  Mme Simona Radu et à notre documentaliste  M. Marius Capraru qui les ont aidés à se préparer, et les ont accompagnés tout au long de leur progression !

Merci également à  Mme Soulagnes, notre proviseure, qui a rendu ce projet possible.

Berlin

Berlin

“Du 24 au 28 octobre, la classe de TES-L a fait un détour par Berlin.

S’appuyant sur des éléments des programmes d’histoire de 1ère et de Terminale mais aussi en lien avec les SES euro, cette pérégrination berlinoise aura constitué le pont d’orgue de la scolarité des élèves dans notre établissement.

En cette année de centenaire de l’armistice de la Grande Guerre, Berlin apparait comme un carrefour incontournable afin d’obtenir les clés de compréhension d’un siècle d’histoire européenne.

En effet, si l’interaction entre l’histoire et la géographie est commune au fait urbain, rarement une ville l’aura cristallisé avec une telle acuité, faisant ainsi de la capitale allemande unmodèle du genre.

Notre voyage s’est donc placé dans une perspective géo-historique, de l’entre-deux-guerres à la réunification, en passant par la division de la confrontation idéologique du temps de la Guerre froide.

Prendre la mesure de l’appareil répréssif nazi à Oranienburg et l’ampleur du génocide au mémorial de la Shoah entre la rue Hannah Arendt et la porte de Brandebourg, visualiser l’empreinte du mur sur l’East side gallery qui devait servir dès décembre 1989 sur sa façade Est, de support à un collectif d’artistes peignant la fraternité, la paix et la liberté retrouvée, mesurer cette absence de liberté et l’oppression du contrôle de “la vie des autres” au Träenen Palast, point de passage entre l’Est et l’Ouest, ou ressentir toute la pression de l’omniprésente police politique est-allemande dans les ex-locaux désormais figés de la Stasi sous l’oeil du “l’inspirateur”, Félix Djerzinski et enfin observer du haut de la coupole transparente – avec dans un coin de la tête l’incendie du 28 février 1933, prétexte fondateur du 3ème Reich – sur le bâtiment emblématique du Reichstag, devenu Bundestag, l’étendue immense d’un Berlin réunifié, capitale majeure de l’Europe, telles ont été les grandes étapes de notre cours d’histoire, de géographie et de géopolitique in situ, sans oublier notre conférence à l’ambassade de France autour des thématiques de la coopération éducative et culturelle du couple (tandem ?) franco-allemand.

Les accompagnateurs, berlinoise de naissance pour l’une, qui par sa maîtrise de la ville et ses anecdotes vécues a su incarner Berlin, découvreur-contemplateur béat pour l’autre, confrontant pour la première fois ses connaissances à la réalité physique de la ville, stressés mais enthousiastes, ont été récompensés grâce au comportement de la classe tout au long du séjour.

 

Merci aux professeurs Madame et Katja TASSONE et Monsieur Thomas STANESCOU d’avoir organisé et encadré ce voyage.

 

Berlin ist eine Reise wert

 

Vom 24. bis zum 28. Oktober hat die Abiturklasse mit Schwerpunkt Wirtschaft und Literatur einen Abstecher nach Berlin gemacht.

Diese Reise bezog sich auf verschiedene Aspekte der Geschichts-, Geographie- und Wirtschaftslehrpläne und sollte für die Schüler gleichzeitig der krönende Abschluss ihrer Schullaufbahn in unserem Etablissement sein.

In diesem Jahr des 100 jährigen Jahrestages des Waffenstillstands des Ersten Weltkriegs wird Berlin als unumgänglicher Schnittpunkt zum Schlüssel eines Jahrhunderts europäischer Geschichte.

In der Tat, die Stadt hat in Schärfe herauskristallisiert, wie die Interaktion zwischen Geographie und Geschichte den städtischen Raum ausmacht, was die deutsche Hauptstadt somit zu einem Model unter seinesgleichen werden lässt.

Unsere Reise hat sich also aus einem geographisch – historischen Blickwinkel gezeigt, der von der Periode zwischen den zwei Weltkriegen bis zur Wiedervereinigung, über die Entzweiung und die Politik der Konfrontation des Kalten Krieges reicht. Die großen Etappen unseres Geschichts-, Geographie-, und Politikkurses in situ ergaben sich aus dem Ermessen des Depressionsapparats in Oranienburg und des Ausmaßes des Genozids am Memorial der Shoa zwischen Brandenburger Tor und Hannah Arendt Straße, dem Visualisieren des Abdrucks der Berliner Mauer auf der Eastside Gallery, die ab Dezember 1989 auf der Ost-Seite der Fassade von einer Künstlergemeinschaft als Untergrund für Graffitis über Brüderschaft, Frieden, und wiedergewonnener Freiheit diente, dem Nachfühlen der Abwesenheit an Freiheit und der Kontrolle ‘’des Lebens, der von Drüben’’ im Tränenpalast an der Friedrichstraße, Grenztransitpunkt zwischen Ost und West oder dem Nachempfinden der permanenten Unterdrückung in den früheren Räumen der Stasi, die jetzt unter Aufsicht des Inspirators Félix Djierzinski erstarren. Schließlich konnten wir von hoch oben aus der gläsernen Kuppel des früheren Reichstags, im Hinterkopf den Brand des 28. Februars 1933 als Vorwand der Gründung des Dritten Reichs, und des heutigen Bundestags die riesige Fläche des vereinten Berlins als bedeutende europäische Hauptstadt bestaunen, ohne unsere Konferenz

in der französischen Botschaft zum Thema der Kooperation des deutsch-französischen Paars (oder Tandems?) zu vergessen.

Die Begleiter waren ein bewundernder Entdecker, der erstmalig sein Wissen mit der Realität der Stadt konfrontieren konnte, und eine gebürtige Berlinerin, die versuchte durch die Kenntnis der Stadt und so manche Anekdoten den Ort den Schülern

nahezubringen. Beide waren manchmal gestresst aber vorwiegend enthusiastisch und wurden durch das Benehmen der Klasse während unseres Aufenthalts belohnt.

 

Thomas Stanescou – Geschichts- und Geographielehrer

Katja Tassone         – Deutschlehrerin