Evènements

CVL EUROPE DU SUD

Les 16 et 17 novembre à Athènes s’est déroulé le CVL AEFE de la zone Europe du sud. Par CVL, comprenez Conseil de la Vie du Lycée.

10 établissements différents ont eu une sensibilisation au développement durable.

Ce sujet devra faire l’objet d’une mise en place spécifique dans chaque lycée.

Marc M. élève de terminale S s’est particulièrement distingué par son implication et son professionnalisme et a représenté haut et fort notre lycée Anna de Noailles.

 

Merci à Marc et Monsieur ASLI, CPE,  d’avoir été nos Ambassadeurs à Athènes.

Qu’apprend-on de l’art ?

Voilà une question très sérieuse, qui tracasse les jeunes Ambassadeurs en Herbe de l’édition 2017-2018 du projet de l’AEFE.

Ambassadeurs en Herbe, c’est l’occasion de le rappeler, est un tournoi mondial de joutes oratoires et débats organisé par l’AEFE dans tout son réseau depuis 6 ans. Nombre de nos élèves du Lycée français Anna de Noailles, du CM1 à la Seconde, qu’ils soient orateurs, animateurs de débat ou porte-parole, ont ainsi pu développer leurs compétences orales en français, anglais et roumain et s’affronter d’abord au sein de l’établissement, puis entre lycées de la zone et enfin, au niveau mondial.

Donc, « qu’apprend-on de l’art ? ». La  Philosophie, qui essaie toujours de répondre aux questions difficiles, peut-elle nous éclairer ? Nous avons posé la question à Monsieur Julien Bretonnet, professeur de Philosophie du Lycée. Après avoir écouté les réponses de la quasi-totalité des orateurs, Monsieur Bretonnet a proposé aux jeunes ambassadeurs d’essayer de trouver de nouvelles réponses à partir de la sculpture de Constantin Brancusi, L’Oiseau dans l’espace. Choix doublement pertinent d’une œuvre d’un sculpteur roumain, qui a fait l’objet d’un procès aux Etats-Unis en 1928 afin que son statut d’œuvre d’art, demandé par l’artiste, soit reconnu par la loi.

Habilement, M. Bretonnet leur en a caché le titre et leur a demandé quel était l’objet de la représentation. Leur curiosité immédiatement en éveil, les élèves se sont mis à questionner leur perception, puisqu’ils ne voyaient pas la même chose ; guidés par M. Bretonnet, ils ont émis des hypothèses sur la réalité de cette sculpture : ils ont puisé dans leur imaginaire

Et si l’art nous apprenait à regarder ? A être, ou à devenir, attentifs aux représentations qui nous entourent ? Alors, à nous qui sommes aujourd’hui submergés par les images, il serait encore plus utile que par le passé ….

En tout cas, aux Ambassadeurs en herbe, il apprend à parler, et c’est déjà bien !

FESTIVAL D’ARAD OPTION THEATRE PREMIERE

du 21 au 28 octobre 2017

 

25 ème année: cela fait 25 ans que le Festival AMIFRAN existe, et les élèves de l’option Théâtre Première ont eu la chance d’être présents!!!

Un anniversaire exceptionnel, avec la présence de troupes venues de Bulgarie, Pologne, Espagne, Québec, Allemagne, Serbie, Italie.. Arad a vibré pendant une semaine, dans le théâtre Ion Slavici, sur la place juste devant, dans l’hôtel Ardealul, ….

Au programme: du théâtre et encore du théâtre:

des spectacles bien sûr (en moyenne 5 à 6 spectacles par jour), des ateliers de pratique théâtrale avec des professionnels venus des quatre coins de la planète, des rencontres « en coulisses » pour échanger sur les spectacles vus, avec les acteurs et les spectateurs, un journal quotidien, la « girouette de la nuit » (et nouveauté cette année puisque certains de nos élèves ont eu la chance de devenir journalistes et critiques théâtraux )

Autant vous dire que de 9h à 22h, ils se sont surtout nourris de théâtre….. (Mais pas que… pour les détails, voir « la Girouette de Bucarest » à paraître prochainement!)

Nos élèves ont brillé dans les présentations qu’ils ont faites des spectacles présentés: tour à tour drôles, poétiques, charmeurs… ils ont su conquérir un public enthousiaste à chacune de leur prestation. Un travail de haute voltige après un mois passé à travailler sur le corps et l’improvisation!

Grâce à notre digne représentante, Alexia, le lycée a aussi remporté (au côté de l’école d’Iberville, Québec et du Lycée Romain Rolland de Stara Zagora, Bulgarie) le concours spectacle consacré cette année à Jean Giraudoux et à sa pièce « La guerre de Troie n’aura pas lieu ».

 

Prochaine étape: la présentation de leur spectacle.. Un Visniec cette année, mais chut!!!

 

Plus d’information sur la page Facebook de l’Option

https://www.facebook.com/profile.php?id=100010342366321&fref=ts

Mme Pollet, professeure responsable de l’option Théâtre

Choisir !

Du 16 au 20 octobre, les élèves de nos quatre classes de Terminale ont bénéficié d’ateliers sur la très difficile question du choix.

A l’aube du  bac mais surtout au tout début du virage vers les études supérieures : quelles études, quelle ville, quel projet professionnel sont autant de questions que se posent nos enfants.

Madame Béatrice CANTE, conseillère d’orientation du lycée, avait invité Madame Véronique BOURGOGNE-SAYAD, coach qui a animé ces mêmes ateliers aux salons d’Orientation O21 organisés par Le Monde.

Elle a abordé la question du choix sous 4 pôles :

  • Faire un choix qui me ressemble
  • Découvrir mes atouts cachés
  • C’est quoi, un bon choix ?
  • La créativité, ça se pratique.

Inscrits dans la politique d’Orientation 2017/2018 du lycée, ces ateliers sont une étape importante dans l’accompagnement progressif de nos élèves et complètent l’accompagnement individuel de chacun.

Merci à Madame CANTE pour ce rendez-vous original et à Madame BOURGOGNE-SAYAD dont les outils partagés sur la question du choix serviront à chacun pour toutes les grandes étapes de vie.

Chanson douce au lycée par Leïla SLIMANI

Mercredi 25 octobre alors que nos élèves pensaient déjà à la dernière sonnerie avant les vacances de Toussaint, nous avons eu la chance d’accueillir l’écrivaine franco-marocaine Leïla SLIMANI.

Prix Goncourt 2016 pour une « Chanson douce », Madame SLIMANI a, une heure durant, répondu aux questions de nos élèves des classes de Seconde et de Première.

Où a-t-elle puisé son inspiration ? A-t-elle un rituel d’écriture ? Qu’est-ce que le prix Goncourt lui a apporté? Quelles sont ses relations avec son éditeur, ses traducteurs ? …

Autant de questions auxquelles Leila Slimani a répondu longuement, pesant ses mots mais sans affectation, parlant de ses personnages qui parfois s’effacent, parfois s’installent durablement dans son imagination – instants de bonheur intense, où l’écriture alors, comme une addiction, ne laisse ni place pour autre chose ni répit –, de Paris, où elle vit et qu’elle adore, de son métier de grand reporter à la revue Jeune Afrique avant de s’établir en free-lance …

Avant l’écriture, la lecture a occupé une place importante dans sa vie d’enfant et d’élève d’établissements scolaires français du Maroc. Elle a dit l’influence des auteurs russes : Tchekhov, Dostoïevski ou Tolstoï, mais aussi de Camus, dont elle aime la liberté d’écriture et de Marguerite Duras. Son bac littéraire en poche, elle quitte le Maroc pour des études supérieures en France : prépa Lettres, puis Sciences Po, peu adapté pour son univers d’écrivain qui, déjà peut-être, se mettait en place …

Leila Slimani parle avec douceur et fermeté, comme une jeune femme qui sait d’où elle vient et où elle va. Aux lycéens, elle conseille de suivre leurs goûts, la seule façon, dit-elle, pour réussir et s’insérer dans la société et surtout de prendre plaisir à apprendre.

Merci de votre visite, Madame Slimani !

L’Ambassadrice de Roumanie en Espagne, Madame Gabriela Dancau, nous parle de son rapport à la langue française

Dans le but de promouvoir de manière originale la francophonie en Espagne, le service de presse et communication de l’ambassade de France en Espagne réalise une série d’entretiens filmés d’ambassadeurs étrangers accrédités en Espagne ayant en commun un lien très fort avec notre langue.

Notre cinquième épisode est consacré à Gabriela Dancau, ambassadrice de Roumanie en Espagne, dont le témoignage a été recueilli à l’ambassade de Roumanie à Madrid :

Un trail très fou pour une très belle cause !

Le lycée Anna de Noailles est partenaire de Casiopeea* dans la lutte du cancer du sein. A l’occasion d’octobre rose, mois de sensibilisation au dépistage du cancer, nous avons le plaisir de vous faire part du témoignage de Sylvie DELEN, enseignante au primaire et participante à l’UTAT.

 « J’ai participé au challenge 68km D+4000m. Le sport pour vaincre, telle est la devise de l’association.

Ce défi est une façon de mobiliser mon entourage autour d’un projet qui me tient à cœur ;  aider Casiopeea à poursuivre sans relâche son combat contre la maladie. 

L’Atlas, massif montagneux de l’Afrique du Nord, culmine à 4 167 mètres d’altitude au Toukkal au Maroc.

C’est là que je me suis rendue pour participer au challenge sportif de l’UTAT, évènement international de trail,  rassemblant plus de 2 000 coureurs venus de 15 pays différents lors de cette 9ème édition. 

Des paysages extraordinaires, une technicité du terrain, une exigence de l’altitude m’attendaient. Mais également des traileuses et des traileurs passionnés et un peu fous ! 

La nuit règne encore sur le plateau de l’Oukaimeden 2 600 m lorsque le départ du 42km-2600 D+ est lancé. Les lampes frontales dessinent un serpent de lumière. La montée nous permet d’atteindre une crête où l’aube et les neiges éternelles nous émerveillent. Les descentes nous conduisent parfois dans des villages où les « sala malikoums » sont échangés.

J’entame les 800 mètres positifs qui me séparent du colossal Tizi ‘Tacheddirt culminant à 3 230m. Plus d’une fois je crois apercevoir le bout, là-haut… Pourtant le col est encore loin !

Un ravitaillement providentiel s’offre à moi et un médecin surveille ma forme.

L’itinéraire ne réserve plus que 600 m de dénivelé positif qui exigeront toute la mobilisation de mes ressources physiques et mentales !

Un dernier effort et le village de l’UTAT apparait. Je savoure chaque foulée.

Le lendemain,  La Virée d’Ikkiss, 26 km- 1400 m D+ aussi brève puisse-t-elle paraître comparée au marathon, propose un effort intense sur les sentiers de l’Atlas. Deux cols à près de 3 000 m d’altitude, une kyrielle de villages authentiques, des descentes techniques et une ultime ascension époustouflante.

La fatigue, les courbatures attendront ! Mes amis et moi nous nous élançons. 

L’UTAT c’est plus qu’un trail; c’est une expérience humaine, un partage d’efforts et de valeurs, des images de paysages et de visages uniques, une chaleur humaine dans la fraîcheur de la montagne.

Pour moi, il y a un avant et un après UTAT! »

 

Casiopeea Roumanie s’est associée avec Casiopeea France lors de l’ultra trail Atlas Toubiana.

Béatrice CANTE, bénévole de l’Association nous fait partager l’histoire de Casiopeea :

Avec un ruban rose comme fil conducteur, Casiopeea trimballe sa belle cause du parc Tineretului à Bucarest, Roumanie, en haut des montagnes de l’Atlas, Maroc, grâce à l’énergie de femmes formidables !

La belle histoire commence en effet à Bucarest en 2010 : triste de constater que les femmes roumaines ne bénéficient d’aucun programme de prévention contre le cancer du sein – alors que l’on connait pourtant l’impact du dépistage précoce sur les chances de guérison – et que la mastectomie sera, dans 90% des cas, la thérapie proposée, Nathalie David, une Française expatriée en Roumanie, crée l’association Casiopeea.

Très vite, la course solidaire s’impose comme le moyen génial d’unir les habitants de Bucarest à la cause de ces femmes malades et à leur dénuement, puisque l’objectif est d’offrir des prothèses mammaires externes, en silicone, aux femmes les plus pauvres.

Et depuis 2010, ce sont deux à trois mille marcheurs et coureurs, femmes, hommes et enfants, qui s’élancent chaque année, sourire aux lèvres et enthousiasme au cœur,  sur les allées du parc Tineretului. Et chaque année en décembre, ce sont environ trois cents femmes qui reçoivent leurs prothèses et remercient avec émotion ces coureurs et ces marcheurs de leurs efforts et de leur compassion. Au total, plus de 2 200 prothèses ont été offertes par quelque 20 000 participants qui ont donné leurs foulées …

Toutes ces foulées mises à bout doivent bien nous conduire jusqu’au bout de l’Atlas, n’est-ce pas Sylvie ?

Merci à Sylvie et Béatrice pour ce beau témoignage et à tous les bénévoles de Casiopeea pour leur engagement et leur générosité.

Félicitations aux jeunes diplômés

Félicitations aux jeunes diplômés

Samedi 21 octobre, trente-huit élèves de l’école primaire ont reçu leur premier diplôme élémentaire de langue française. La cérémonie a eu lieu au théâtre Tandarica en présence de Madame la Proviseure et de Monsieur le Directeur de l’école primaire. La cérémonie s’est poursuivie par un spectacle offert par l’Institut Français pour récompenser les jeunes diplômés.

Chaque année, ce sont près de 40 élèves qui préparent et passent l’examen du DELF Prim A1 et A2. La session est organisée en partenariat avec l’IFR dans notre lycée devenu centre d’examen depuis trois ans.

 

Entre chimie et biologie : la chimie bioinspirée

Jeudi 12 octobre, en partenariat avec l’Institut Français, les élèves de 1ère S ont eu la chance de participer à la conférence de Marc FONTECAVE, chercheur au Collège de France.

La chimie, un univers souvent décrié mais présent partout.

Monsieur FONTECAVE a démontré à nos élèves que la chimie est au cœur des solutions scientifiques et l’importance de naviguer entre les champs disciplinaires : chimie et biologie.

Nouvelles fonctions biologiques, nouveau cycle moléculaire, nouvelle réaction enzymatique : autant de termes mais surtout de domaines à explorer.

Monsieur FONTECAVE, nous a fait partager sa passion de la chimie et peut être pour certains de nos élèves, l’envie de découvrir encore un peu plus ce domaine.

Merci à Madame VILLEMUR, chargée de mission pour la coopération scientifique et Monsieur COUPECHOUX, professeur de sciences d’avoir organisé cette conférence.