Chanson douce au lycée par Leïla SLIMANI

Mercredi 25 octobre alors que nos élèves pensaient déjà à la dernière sonnerie avant les vacances de Toussaint, nous avons eu la chance d’accueillir l’écrivaine franco-marocaine Leïla SLIMANI.

Prix Goncourt 2016 pour une « Chanson douce », Madame SLIMANI a, une heure durant, répondu aux questions de nos élèves des classes de Seconde et de Première.

Où a-t-elle puisé son inspiration ? A-t-elle un rituel d’écriture ? Qu’est-ce que le prix Goncourt lui a apporté? Quelles sont ses relations avec son éditeur, ses traducteurs ? …

Autant de questions auxquelles Leila Slimani a répondu longuement, pesant ses mots mais sans affectation, parlant de ses personnages qui parfois s’effacent, parfois s’installent durablement dans son imagination – instants de bonheur intense, où l’écriture alors, comme une addiction, ne laisse ni place pour autre chose ni répit –, de Paris, où elle vit et qu’elle adore, de son métier de grand reporter à la revue Jeune Afrique avant de s’établir en free-lance …

Avant l’écriture, la lecture a occupé une place importante dans sa vie d’enfant et d’élève d’établissements scolaires français du Maroc. Elle a dit l’influence des auteurs russes : Tchekhov, Dostoïevski ou Tolstoï, mais aussi de Camus, dont elle aime la liberté d’écriture et de Marguerite Duras. Son bac littéraire en poche, elle quitte le Maroc pour des études supérieures en France : prépa Lettres, puis Sciences Po, peu adapté pour son univers d’écrivain qui, déjà peut-être, se mettait en place …

Leila Slimani parle avec douceur et fermeté, comme une jeune femme qui sait d’où elle vient et où elle va. Aux lycéens, elle conseille de suivre leurs goûts, la seule façon, dit-elle, pour réussir et s’insérer dans la société et surtout de prendre plaisir à apprendre.

Merci de votre visite, Madame Slimani !