Anna de Noailles

ANNA de NOAILLES – Poétesse française, née à Paris en 1876 – décédée à Paris en 1933

D’origine roumaine par son père, le prince Grégoire Bassaraba de Brancovan, et grecque par sa mère, Raluka Musurus (pianiste douée), mais de culture française, épouse du comte Mathieu de Noailles, Anna de Noailles fut un des centres de la vie mondaine de Paris au commencement du XXe siècle.

Anna25Noailles[1]adnAnna_de_Noailles[1]

Son lyrisme passionné s’exalte dans une œuvre qui développe, d’une manière très personnelle, les grands thèmes de l’amour, de la nature et de la mort (le Cœur innombrable, 1901; l’Ombre des jours, 1902; les Éblouissements, 1907; Les Vivants et les Morts, 1913; les Forces éternelles, 1920; Poème de l’amour, 1924; l’Honneur de souffrir, 1927; Derniers Vers et Poèmes d’enfance, 1934). On lui doit aussi des romans (La Nouvelle Espérance, 1903; le Visage émerveillé, 1904), des nouvelles (Les Innocentes, ou la sagesse des femmes, 1923), des proses poétiques (Exactitudes, 1930) et des Mémoires de son enfance et de son adolescence (Le Livre de ma vie, 1932, interrompu par sa mort en 1933)…

Anna de Noailles fut la première femme à devenir commandeur de la Légion d’Honneur et l’Académie française donna son nom à un prix. Elle est enterrée au cimetière du Père-Lachaise.

(sources WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Anna_de_Noailles)

Autres liens :
http://www.annadenoailles.org/
http://fr.wikisource.org/wiki/Anna_de_Noailles
http://comtessedenoailles.blogspot.com/

IL FERA LONGTEMPS CLAIR CE SOIR

Il fera longtemps clair ce soir, les jours allongent,
La rumeur du jour vif se disperse et s’enfuit,
Et les arbres, surpris de ne pas voir la nuit,
Demeurent éveillés dans le soir blanc, et songent…

Les marronniers, dans l’air plein d’or et de splendeur,
Répandent leurs parfums et semblent les étendre;
On n’ose pas marcher ni remuer l’air tendre
De peur de déranger le sommeil des odeurs.

De lointains roulements arrivent de la ville…
La poussière, qu’un peu de brise soulevait,
Quittant l’arbre mouvant et las qu’elle revêt,
Redescend doucement sur les chemins tranquilles.

Nous avons tous les jours l’habitude de voir
Cette route si simple et si souvent suivie,
Et pourtant quelque chose est changé dans la vie,
Nous n’aurons plus jamais notre âme de ce soir.