ORGANISATION DE LA CONTINUITE PEDAGOGIQUE AU LFADN

Comment sera décidée la réouverture de l’établissement ?

Le LFADN suit strictement les décisions de gestion de la crise des autorités roumaines, en lien avec les autorités françaises. L’Ambassade de France décidera de la réouverture de l’école, selon les décisions des autorités roumaines, en lien avec le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères français.

Comment contacter le LFADN pendant la fermeture ?
  • Le standard téléphonique du lycée fonctionne de 8h à 17h du lundi au vendredi : 0040.212.125.893
  • Tous les services et tous les enseignants sont accessibles en direct par mail à ces horaires
  • Notre site Internet est actualisé quotidiennement
Quels sont les principes retenus par le LFADN pour la mise en oeuvre du dispositif de Continuité pédagogique à distance (CPD)
  • Applique les principes éducatifs communs au réseau AEFE
  • A pour objectif premier d’assurer au mieux les apprentissages prévus au cours de la période
  • A pour objectif de préparer les élèves à l’année n+1
  • Propose des activités que les élèves peuvent réaliser en autonomie
  • Peut substituer certains objectifs d’apprentissage par des objectifs de développement de nouvelles compétences
  • Fait évoluer son offre éducative et pédagogique à partir d’une analyse hebdomadaire du dispositif
  • Construit la CPD sur les principes :
    • – d’un socle commun et cohérent des pratiques par degré
      – personnalisé par classe selon les projets en cours et les démarches propres aux enseignants, aux disciplines et aux groupes d’élèves
      – modifie la temporalité des activités, de la journée vers la semaine
Quel est le cadre commun dans lequel tous les professeurs de la Petite section jusqu’à la classe de Terminale inscrivent leurs enseignements ?

Le pilotage pédagogique est continu et le dispositif réajusté autant que de besoin :

  • Pilotage par la direction et les équipes pédagogiques avec réunions hebdomadaires
  • Communication vers les élèves et parents régulière et structurante
  • La direction assure la communication de crise et les orientations générales du dispositif
  • Le professeur principal de la classe assure la communication pédagogique avec les élèves et les parents
  • Le programme d’activités est réparti sur la semaine
  • Poursuite des objectifs de travail prévus en mars, avril et mai
  • Les activités sont explicitement obligatoires ou facultatives pour une individualisation du travail individuel
  • Développement de nouvelles compétences
  • Les activités reposent sur un dispositif hybride : alternance d’activités asynchrones et synchrones
  • Session synchrone en direct, durées et formats variés, adaptés aux objectifs et évolutifs
  • Session asynchrone avec capsules audio/vidéo, commentaires et échanges en ligne avec l’enseignant via Zoom ou Teams
  • Session de travail autonome ; avec consignes d’accompagnement ; échéances et formats variables pour la réalisation et la transmission des productions
  • Les interactions impliquent différents acteurs éducatifs, ont des formes et des périodicités variées
  • Les outils numériques du LFADN sont privilégiés et développés, l’exposition aux outils numériques autant que possible limitée : Pronote au primaire et secondaire, Teams au secondaire, les élèves font usage de leurs outils traditionnels (manuels, cahiers, ouvrages)
  • Le Service Pédagogique de l’AEFE accompagne les établissements et les enseignants dans la mise en œuvre des enseignements à distance.
Quels sont outils numériques utilisés par le LFADN dans le dispositif de CPD ?

Le LFADN a fait le choix de privilégier l’usage des outils déjà à disposition et connus des élèves et des parents :
– Communication générale du LFADN : courriels de la direction
– Communication des activités à faire par les élèves + documents de travail + corrections : Pronote/Cahier de textes/Travail à faire
– Rendez-vous aux visioconférences ou échanges en direct : Teams ou Zoom

Les enseignants continuent d’être formés sur ses outils à l’interne ou par les conseillers pédagogiques.

Des éditeurs privés ou le Centre National d’Enseignement à Distance proposent d’autres outils de travail à distance. Il convient de rappeler que ces outils ne peuvent venir qu’en complément des modalités déjà mises en œuvre par les équipes pédagogiques. 

Pourquoi ne pas mettre en place plus de sessions live synchrones entre l’enseignant et les élèves ?

En principe, le dispositif d’apprentissage à distance est basé sur un enseignement hybride selon les conseils d’experts en éducation, où les journées sont un équilibre et une alternance de sessions synchrones, asynchrones et autonomes.

Les sessions synchrones ne représentent qu’une partie des activités multiformes proposées. Étant donné que les élèves, en particulier les plus jeunes, doivent passer un temps limité devant un écran, le système hybride permet aux élèves de diversifier leurs habitudes, leurs activités et leurs apprentissages à travers différentes méthodes.

Pourquoi ne pas organiser des séances Zoom ou Teams pour tous les cours de l’emploi du temps habituel ?

Le LFADN ne propose pas de rendez-vous Zoom ou Teams pour chaque heure de l’emploi du temps pour plusieurs raisons :

  • Éviter que les élèves passent trop d’heures devant un écran, surtout pour les plus jeunes
  • Dans le programme hebdomadaire, il y a un horaire quotidien indiquant clairement les activités obligatoires / facultatives. Les élèves et les familles peuvent ensuite organiser leur emploi du temps de manière plus flexible à leur propre rythme, mais selon les directives établies par l’enseignant
  • Les élèves développent également de nouvelles compétences, telles que l’auto-organisation et l’anticipation, une compétence clé à développer dans le système éducatif français.
  • Tous les élèves ne disposent pas d’un équipement numérique équivalent
  • Tous les élèves ne peuvent pas se connecter aux horaires habituels pour des raisons d’organisation familiale, de garde d’enfants.
  • Si tous ne peuvent pas assister aux visioconférences ou échanges en direct pour l’une des raisons mentionnées ci-dessus, cela peut créer une inégalité entre les élèves.
  • Le dispositif de Continuité Pédagogique impose de travailler autrement, il n’est pas la simple réplique des cours traditionnels. Les modalités de travail peuvent donc varier.
L’école peut-elle augmenter la possibilité pour les élèves de s’exprimer en français ?

Pour les élèves de niveau débutant en français, le contexte actuel ne permet pas les mêmes interactions qu’en classe ordinaire.

Pour les élèves bénéficiant d’un soutien en langue française supplémentaire, des temps spécifiques en direct sont assurés par l’enseignant de FLS.

Les élèves du secondaire qui ont besoin d’aide en la langue française bénéficient d’un dispositif d’aide avec des professeurs de Roumain.

La capacité de s’exprimer dans une langue étrangère ne résulte pas seulement d’un nombre accru d’heures avec l’enseignant, mais de différentes activités mises en place à travers les activités asynchrones. Nous conseillons donc aux parents d’utiliser pleinement toutes les ressources audio mises à disposition par les professeurs, par les documentalistes et sur notre site.

Les activités d’auto-enregistrement, de narration enregistrée, les consignes d’activités, la pratique de comptines, de chansons, ainsi que le renvoi des productions au professeur.

Comment l’école maternelle s’adapte-t-elle aux défis de l’apprentissage à distance ?

Nous sommes conscients que le contexte de l’enseignement à distance est peu adapté aux enfants de la maternelle, car l’apprentissage à cet âge est basé sur des interactions avec des adultes, des pairs, l’expérimentation de la vie collective. Cela signifie qu’il doit y avoir un contact et une communication encore plus étroits entre les parents et les enseignants.

En ce qui concerne les programmes hebdomadaires à la maternelle, nous laissons toujours la flexibilité aux familles de travailler au rythme des enfants, mais les enseignants fournissent également des suggestions d’organisation quotidienne.

Il y a des sessions régulières de rencontres entre le groupe-classe et l’enseignant, bien que nous soyons pleinement conscients des limites avec les jeunes enfants. Pour cela Il y a également des séances de langage et en petit groupe en français.

Afin d’aider les familles non francophones, les assistantes maternelles (ASEM) qui parlent roumain sont disponibles pour assister l’enseignant et les parents, pour assurer la traduction en roumain si nécessaire.

Dans le système de la maternelle française, la majeure partie de l’apprentissage se fait à travers des activités et interactions interconnectées, des jeux et de nouvelles expériences. Ainsi, les activités en maternelle consisteront à apprendre d’une manière différente, comme la cuisine, les jeux, le comptage, les exercices de créativité, l’expression, les manipulations, etc. 

Veuillez également noter que dans le système français les compétences sont enseignées et couvertes par cycle, et non par année. Par conséquent le LFADN assurera le suivi et fera en sorte que toutes les compétences requises soient acquises par les enfants à la fin du cycle 1 (Grande section).

Toutes les activités préparées par les enseignants sont pensées pour maintenir les apprentissages et permettre aux élèves de continuer à développer les compétences attendues.

Comment l’école gèrera-t-elle les éventuelles lacunes dans l’apprentissage de l’élève pendant cette période ?

Le système éducatif français se compose de cycles, où le socle commun de connaissances, de compétences et de culture est déterminé par cycle, et non par année comme dans certains autres systèmes. Cela signifie que toutes les aptitudes et compétences sont progressives et évaluées à la fin d’un cycle.

Le cursus de français est organisé de manière spiralaire ce qui signifie qu’il y a une progressivité et une continuité dans les apprentissages au sein du cycle et les compétences sont revues et approfondies chaque année.

Lors de la rentrée scolaire, les enseignants évalueront les compétences attendues pour l’année en cours. Si nécessaire, les équipes adapteront le programme de la prochaine année scolaire, comme ce sera le cas dans le monde entier.

Comment le LFADN assure-t-il un lien avec les élèves ? 

Le service vie scolaire assure le suivi de la participation et maintient une animation éducative.

Le service médical assure une écoute aux grands élèves.

Les élèves à besoins éducatifs particuliers sont suivis.

Le service orientation scolaire assure le suivi avec les lycéens : enseignements de spécialité, suivi des voeux parcoursup, entretiens de simulation…

Des devoirs évalués ou notés peuvent/ils être organisés dans le cadre de la CPD ?

Les enseignants prévoient de nombreuses activités d’apprentissage. L’enseignant peut évaluer les compétences et acquis des élèves aussi bien à l’occasion des rendez-vous aux visioconférences ou échanges en direct que des travaux écrits transmis régulièrement. 

Les enseignants continueront d’organiser des évaluations pendant cette période.

En primaire, ce sont plutôt des évaluations formatives et/ou des auto-évaluations guidées.

Les enseignants continueront d’organiser des évaluations pendant cette période.Lorsque c’est le cas, les enseignants du secondaire indiquent alors précisément que l’activité fera l’objet d’une évaluation formelle. Les résultats seront pris en compte dans le bulletin scolaire.

De la même manière, les conseils de classe sont tenus et les bulletins transmis à la fin de trimestre. Si le dispositif s’inscrit dans la durée, une mention sera portée dans les bulletins du trimestre 3.

Les élèves sont-ils notés absents s’ils ne participent pas à une visioconférence ou échanges directs dans le secondaire ?

Oui. Cela permet à l’établissement d’assurer un suivi de la scolarité et de contacter la famille pour s’assurer des conditions de travail des élèves.

Est-il prévu des rendez-vous avec les enseignants ?

Il est bien sûr possible de poser ses questions à l’enseignant par courriel. Des entretiens à distance en visioconférences peuvent être organisés directement entre les parents et les enseignants.

ACCOMPAGNEMENT ET SUIVI A LA MAISON

Comment réduire le temps passé devant les écrans ?

Le dispositif amène en effet les élèves à passer du temps devant l’ordinateur. 

Le LFADN met en place quelques principes pour limiter cette exposition aux écrans :
– aucun échange numérique entre les enseignants et les élèves le samedi et dimanche
– les travaux doivent être réalisés autant que possible sur les supports habituels, cahiers et manuels
– ne pas hésiter à faire cesser le travail après 18h00 si le parent estime que l’enfant a passé trop de temps sur l’ordinateur
– prévoir chaque jour des activités physiques et des sorties extérieures en respectant les mesures sanitaires.

Qui contacter en cas de difficulté technique avec les outils numériques ou en cas d’équipement défaillant ?

Notre responsable IT, Monsieur Iosif : adrian.iosif@lyceefrancais.ro

Comment les parents peuvent-ils accompagner le travail des élèves, comment structurer la journée de travail ?

Les recommandations du LFADN pour l’accompagnement des parents :
– Définir un endroit adapté.
– Avec l’enfant, prendre connaissance du programme des jours suivants.
– Établir l’emploi du temps quotidien, en fixant les priorités, en repérant les activités obligatoires.
– Faire apparaître dans le planning quotidien l’alternance des temps de travail et temps de détente, des activités annexes prévues ou non par les enseignants, des sorties dans le respect des préconisations sanitaires, des temps “à ne rien faire” nécessaires pour développer l’imagination et la créativité.
– Si le travail demandé n’a pas pu être réalisé en totalité pour des raisons d’organisation familiale, le faire savoir au professeur.
– Imposer des limites de temps et de quantité : au-delà de l’emploi du temps habituel, ranger les affaires scolaires de l’enfant.
– Veiller à l’alternance régulière des activités devant écran, de lecture, d’écoute, d’exercices physiques et de détente.
– Encourager et féliciter, noter les progrès d’organisation, d’utilisation des outils numériques.
– Maintenir un rythme de sommeil essentiel pour les apprentissages ; lever les enfants à heure fixe, les enfants ne sont pas en vacances !
– Prévoir si possible des activités en famille, lecture à haute voix, jeux… La vie sociale est limitée pour beaucoup à des relations à distance avec les camarades et les enseignants

Au primaire comme au secondaire, les activités sont proposées de telle manière que les enfants puissent réaliser en autonomie la plupart d’entre elles.
Si au bout du temps imparti le travail n’est pas fini, on arrête. Si l’élève ne parvient pas à suivre le rythme du dispositif, en informer rapidement l’enseignant référent.
Ne pas s’alarmer si l’enfant ne réussit pas. Ne pas insister et passer à autre chose. L’enseignant reprendra l’apprentissage plus tard.

Les parents ne sont pas tenus d’accompagner et d’assister complètement l’enfant. Au besoin, ils peuvent lancer l’activité, puis laisser l’enfant travailler seul.

Comment les parents qui ne sont pas disponibles pendant la journée peuvent-ils assurer le suivi des cours ?

Les recommandations précédentes sont valables pour toutes les situations.
Les parents ont accès aux informations principales concernant les rendez-vous et les travaux à réaliser sur Pronote.

Il est recommandé de faire le point chaque soir sur les activités réalisées, le matin pour les activités à réaliser. Un emploi du temps affiché à la maison dans un espace de vie commun peut être utile.

Pas de pression avec les plus jeunes, si ce qui était prévu dans la journée n’est pas réalisé dans son intégralité. En fin de journée, l’enfant fait le point avec ses parents. Ce qui n’aura pas été réalisé sera effectué plus tard ou pas si ce n’est pas possible.
Accordez toute votre confiance à vos enfants et aux enseignants qui préparent les activités.
Vous pouvez également solliciter, même à distance, les adultes connus des enfants (grands-parents…) et prévoir un accompagnement à distance.

Comment gérer la charge de travail pour un enfant en maternelle encore peu autonome ?

L’enseignant peut dans sa présentation quotidienne donner les consignes de sorte que l’élève puisse s’engager dans l’activité en sachant clairement ce qui est attendu de lui. 

L’enseignant privilégie des activités pour lesquelles l’élève possède déjà un haut niveau d’autonomie. 

Les activités obligatoires restent limitées et peuvent le cas échéant être différées.

L’enfant ne restera que très peu de temps concentré sur une tâche, c’est normal, il est jeune. Il faut donc alterner les activités et le laisser jouer librement ou se reposer entre chaque activité, puis l’inviter à terminer.

Il est conseillé d’alterner les activités qui nécessitent de la concentration avec celles plus ludiques et les activités de motricité.

Les enfants apprennent plus et mieux lorsqu’ils sont impliqués et actifs. Les jeux, les expériences, l’exposition à de nouvelles expériences sont des moyens majeurs pour apprendre et se développer.

Il ne faut pas s’inquiéter si une activité n’est pas terminée, on passera à autre chose ou elle sera reprogrammée.

Comme indiqué précédemment, notez que dans les classes de maternelle, les assistantes maternelles (ASEM) sont disponibles pour aider l’enseignant et les parents, en assurant la traduction en roumain si nécessaire.

Combien de temps doit être consacré aux activités dans la journée ?

En maternelle, des activités doivent être organisées tout au long de la journée en fonction du rythme et du niveau d’autonomie de l’enfant.

À l’école primaire, il ne s’agit pas de faire travailler les enfants autant d’heures que cela aurait été dans une classe en présentiel : les enseignants donnent des directives générales et des recommandations d’un horaire quotidien basé sur l’horaire hebdomadaire, avec des activités obligatoires et optionnelles. Les enfants et les parents peuvent organiser leur travail de manière flexible, à leur propre rythme.

Il est recommandé un maximum de 2 heures par jour d’activité efficace pour les apprentissages obligatoires en mathématiques et en français au cycle 2 et jusqu’à 3 heures au cycle 3.

À l’école primaire dans son ensemble, les activités d’un élève doivent être basées sur les recommandations de l’enseignant concernant l’organisation quotidienne et hebdomadaire, en alternant les activités obligatoires et facultatives tout en s’adaptant au rythme de chaque enfant et de sa famille.

SUIVI ADMINISTRATIF ET EXAMENS

Comment seront traitées les conséquences de fermeture des établissements sur les examens (DNB, épreuves communes et anticipées de 1ère, épreuves terminales) ?

Le Ministère français de l’Éducation a décidé vendredi 3 avril qu’il n’y aurait pas d’examens cette année, ni écrits ni oraux, à l’exception de l’oral de français en 1ère.

Les résultats finaux seront validés sur la base des notes des 1er, 2ème trimestres et 3° trimestre hors confinement.

Les notes obtenues lors de la fermeture ne seront pas prises en compte dans les examens, même si les écoles maintiennent une continuité d’apprentissage à distance.

https://www.education.gouv.fr/bac-brevet-2020-les-reponses-vos-questions-303348

La prolongation de la fermeture du LFADN répond-elle aux mesures prises par le gouvernement français ?

Depuis le début de la crise, le LFADN applique les consignes et décisions des autorités roumaines, comme le demandent l’Ambassade de France et l’AEFE. La prolongation de la fermeture et la date de réouverture respectent ces décisions, en accord avec l’Ambassade et l’AEFE.
Par contre le LFADN conserve son autonomie concernant le début et la fin de l’année scolaire ainsi que les congés scolaires.

Les congés scolaires seront-ils maintenus et l’école envisage-t-elle de prolonger les jours d’école pendant après les vacances ?

Comme il n’y a pas eu de rupture de la continuité des apprentissages, le calendrier scolaire 2019-2020 n’est pas modifié à ce jour.

Les vacances de printemps du LFADN sont maintenues, tout comme les vacances d’été.

Le LFADN étant une école du réseau de l’Agence pour l’éducation française à l’étranger (AEFE), les congés sont validés dans un cadre et une réglementation définis par l’AEFE et le ministère français de l’Éducation nationale.

Les frais de scolarité et les frais annexes (cantine, transport, après-classe) feront-ils l’objet d’un remboursement ?

Les dispositions envisagées par la Fondation Lycée Anna de Noailles concernant les frais de scolarité et les frais de cantine, transport, après-classe pour cette période spécifique dans l’activité de notre établissement :

 1/ Frais de scolarité

Nos enseignants réalisent un travail considérable pour assurer la continuité de l’enseignement pendant cette période de fermeture physique de l’établissement, via un dispositif de continuité pédagogique à distance. Le service éducatif n’étant pas interrompu, et du fait que l’établissement assume des coûts opérationnels continus, comme les rémunérations et les frais généraux, les frais de scolarité ne feront pas l’objet d’un remboursement.

2/ Autres frais : cantine, transport, après-classe

Ces services ne pouvant en revanche pas être assurés durant la période de fermeture du LFADN, ils feront l’objet d’un avoir des frais engagés par les familles, et un remboursement en fin d’année scolaire pour les partants.

Fermer le menu