“Le livre de ma Vie” d’Anna de Noailles,

Voici le texte proposé aux élèves de français de 3èmeC. A l’occasion du Centenaire du lycée, Madame Clavilier, professeure de français, a dicté à ses élèves un extrait du livre. “Les élèves ont trouvé le texte difficile. A l’issue de la dictée, deux par deux, ils se sont corrigés. Le mot “mamaliga” a suscité une discussion : les deux orthographes, roumaine (avec les accents) et française (sans accents) du mot ont été acceptées”

Dictée du 19 septembre 2019 
  « Le plat national frappa toujours ma pensée autant qu’un nom de fleuve attaché à sa ville : Rome et le Tibre, Vérone et l’Adige, Madrid et le Mançanarez, Londres et la Tamise, tous ces poétiques hyménées, je les retrouvais mystérieusement dans la saveur de l’aliment populaire.
  Mais, au déjeuner vanté par la tante Elise, je fus déçue et chagrinée : la mamaliga, plat national, n’était qu’une rude farine de maïs sableuse, difficile à ingérer, que ne parvenaient pas à rendre agréable les condiments inusités qu’on s’était ingénié à y joindre.
  Probablement, l’imagination sérieuse de l’enfant ne se
trompe-t-elle guère, et ce mets sans finesse qui contente le paysan en le rassasiant aurait-il dû me révéler les durs travaux d’une multitude d’humains laborieux et résignés qui, de l’aube à la nuit, usent leurs forces contre la terre et, au sortir du silencieux acharnement, lui sont reconnaissants de la nourriture sommaire qu’elle leur accorde, lui rendent grâces en des chants candides, contemplatifs et fiévreux. »
    Anna de Noailles, Le Livre de ma vie – 1932

Fermer le menu